Maï MASRI

Du jeudi 7 au samedi 9 juin

Rencontres | Discussions | Leçon de Cinéma

Née en 1959 à Amman d’un père palestinien de Naplouse et d’une mère américaine, MAI MASRI étudie le cinéma à l’Université de San Francisco. En 1981, elle retrouve le Liban, pays de son enfance, pour se consacrer à la réalisation de documentaires.

Ses films, dont plusieurs sont co-réalisés avec son mari, Jean Chamoun, sont fortement imprégnés de l’exil et de son vécu durant la guerre civile libanaise. Les films de Mai Masri et Jean Chamoun ont obtenu plus de 60 prix internationaux. En 2011, le couple remporte à Cannes le prix MIPDoc Trailblazer qui couronne leur oeuvre.

"Rêves d'exil" de Mai Masri

En donnant surtout la parole aux femmes et aux enfants, ses documentaires dressent des portraits et des témoignages poignants sur la vie dans les camps de réfugiés palestiniens et pendant la guerre civile, dont Les enfants de Chatila (1998), Rêves d’exil (2001) et Beyrouth, génération de guerre (1989).

Le dernier film de Mai Masri, 3000 Nuits (2015) est un ont métrage fiction inspiré par l’histoire vraie d’enfants nés en prison et de jeunes filles qui deviennent adultes derrière les barreaux.

J’ai vu « 3000 nuits » lundi (23 mai 2016 soit le lendemain de sa Palme D’or, ndlr). C’est un film fort et important qui raconte une histoire que nous devrions tous entendre. Je viens juste de vivre une très belle expérience au festival de Cannes. J’espère que tous ceux qui croient en la liberté d’expression vont demander la programmation de ce film. S’il vous plait, voyez ce film, voyez le maintenant ! - KEN LOACH

https://

FILMOGRAPHIE

1983 : Sous les décombres, documentaire
1986 : Fleur d’Ajonc, documentaire
1988 : Beyrouth, génération de guerre, documentaire
1990 : Les Enfants du Feu, documentaire
1992 : Rêves Suspendus, documentaire
1995 : Une Femme de son Temps, documentaire
1998 : Les Enfants de Chatila, documentaire
2001 : Rêves d’Exil, documentaire
2006 : Chroniques de Beyrouth, documentaire
2007 : 33 Jours, documentaire
2016 : 3000 Nuits, fiction